Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 00:00

 

 

 

  dessin_manif_anar.jpg

 dessin de Xavier

 

                                                                                        

           

  * Souvenirs d'un cours de philosophie *  



  La révolte fait partie de ces concepts dévalorisés au profit d'autres concepts proches mais

  reconnus comme plus pertinents. La révolte est d'abord la réaction, individuelle ou collective,

  à une situation de soumission qu'on estime insupportable, mais elle est souvent pensée

  comme simple désordre stérile. Elle est à ce titre dévalorisée de trois points de vue :


1)       par la faiblesse de son intensité, elle est petite, dispersée, voire individuelle, 

2)       elle est subjective parce qu'elle émane d'un sentiment d'indignation,

3)       faibles et subjectives, elle est vouée à l'échec qui sanctionne toute attitude

          idéaliste sans prise sur le réel.


  On voit que cette dévalorisation permet à d'autres concepts d'acquérir une pertinence, que ce

  soit celui de réforme pour penser le changement dans l'ordre, ou de révolution pour penser

  le changement absolu créateur d'un ordre nouveau.


  Poser la question de la légitimité c'est déjà remettre en cause cette première approche :


1)       en mettant temporairement de côté le critère de succès et d'échec au profit d'une

          interrogation sur la valeur intrinsèque de la révolte,

2)       dépasser l'opposition du subjectif et de l'objectif par la reconnaissance d'une autorité

          propre au sentiment d'indignation,

3)       mettre à profit l'idée que la révolte puisse être collective, généralisée, pour devenir

          la révolte d'un peuple.


  Cette dernière idée est décisive mais problématique du fait de l'ambiguïté de la notion de peuple

  qui peut désigner aussi bien :


1)       la partie inférieure de la société, la plèbe, la 'populace' : dans ce cas la révolte court

          le risque d'être rabattue sur la sédition ou la conjuration, et demeurerait illégitime

          par la défense d'intérêts particuliers,

2)       une communauté politique unifiée : dans ce cas la révolte ne devient légitime que

          dans la mesure où elle est d'emblée pensable comme révolution.


  La difficulté inhérente à l'idée d'une révolte d'un peuple consiste à penser la légitimité d'une

  contestation qui tend à s'affranchir des cadres et des procédures ordinaires pour se manifester

  à la fois en dehors de ce cadre et contre la loi établie. Ce qu'il faut comprendre c'est la légitimité

  d'un refus collectif d'obéissance, et cela revient à déterminer les conditions de possibilité d'une 

  telle légitimité.

 

  Ces conditions dépendent donc de la signification donnée à cette idée peu précise de légitimité :


1)       est légitime ce qui est légal, c'est-à-dire reconnu par la loi (autorité légitime),

2)       est légitime ce qui est justifié, au double sens de juste et de rationnel

          (demande légitime),

3)       est légitime ce qui découle d'une nécessité reconnue (légitime défense).

 

                                             dessin_manif_anar.jpg                                                                                                                      

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Dessins, peintures et crayons de Xavier
  • : Tout ce que j'aime.......
  • Contact

         Num--riser0008.jpg   Bonjour et bienvenue sur mon blog

  
  
      
IMPORTANT 

      
Pour toute utilisation des dessins, peintures et photos, merci
     
 de ne pas les utiliser ou les reproduire sans mon autorisation.
      

     _______________________________